BIOGRAPHIE

100

+ de 100 matchs en TOP14

Vice champion de Pro D2 2013

Rugbyman par passion, professionnel par accident

Formé à Gaillac avant de rejoindre le club de Graulhet, François Da Ros a évolué en Fédérale 1 au sein du club tarnais. En parallèle, armé d’un BTS obtenu en alternance, il travaille comme « chevillard » au sein du groupe Spanghero puis de la coopérative Arcadie. Il sillonne ainsi le sud de la France pour sélectionner des bêtes chez les éleveurs, gérer leur abattage et vendre la viande à des grossistes, restaurateurs ou sociétés de distribution.

Bien que très pris par son métier, ses performances au poste de talonneur avec Graulhet lui valent d’être sélectionné en équipe de France amateur. C’est sûr la base de ses prestations sous le maillot bleu qu’Olivier Magne le recommande à l’Aviron Bayonnais qui cherche un talonneur. Peu utilisé pendant son passage sur les rives de l’Adour, il ne se décourage pas et travaille encore plus pour s’améliorer.

Un travail payant puisqu’en 2013 Brive fait appel à lui en tant que joker médical d’un autre joueur originaire du Tarn, Guillaume Ribes. Et ce qui aurait pu n’être qu’une pige est devenu un bail de longue durée. Courtisé par Toulouse et Castres, il fait le choix de signer pour 3 saisons supplémentaires et sera engagé avec le club corrézien jusqu’en 2020.

François Da Ros

Travail, convivialité et fidélité

De sa jeunesse tarnaise, dans l’exploitation familiale près de Lisle-sur-Tarn, François a appris le goût de l’effort. Le modèle de ses parents, éleveurs, debout à toutes heures et par tous temps l’a très tôt convaincu que l’on a rien sans effort. C’est animé par cette philosophie qu’il parvient à cumuler son emploi dans le négoce de viandes avec sa place de talonneur au sein du Sporting Club Graulhetois. Et comme François s’investit totalement dans ce qu’il fait, il n’est pas étonnant que ses performances en Fédérale 1 aient fini par intéresser des entraîneurs de clubs professionnels.

Un autre trait caractéristique qui frappe dès que l’on rencontre François, c’est sa curiosité des autres. Que ce soit avec un autre joueur professionnel, un supporter ou une personne rencontrée par hasard, il est toujours ravi de partager des anecdotes ou réflexions de sa carrière de sportif, mais également d’en apprendre plus sur son interlocuteur. Et son naturel généreux fait qu’il est alors prompt à mettre les gens en relation quand il estime que cela peut leur profiter mutuellement.

Et de ces rencontres, François forge de vrais amitiés, car si on devait mettre en avant une autre caractéristique le qualifiant, on pourrait sans hésiter citer la fidélité. Fidélité ces personnes qui ont traversé sa vie à un moment. Fidélité également aux personnes qui lui ont fait confiance, ou au club qui lui a permis de se faire un nom dans le monde professionnel, le CA Brive. Mais également, et peut-être avant tout, fidélité au Tarn, ce département dans lequel il a grandi, dont il a porté le maillot de deux équipes (Gaillac et Graulhet) et dans lequel vivent sa famille et ses amis d’enfance.

François fait partie de ces joueurs qui ajoutent, aux exigences du rugby professionnel, le meilleur du rugby d’autrefois, ce rugby de village qui colle si bien à la citation de Jean-Pierre Rives, « le rugby, c’est l’histoire d’un ballon avec des copains autour et quand il n’y a plus le ballon, il reste les copains ».